31/05

Début : 21:00
Ouverture des portes :
Tarif : GRATUIT sur réservation

Une proposition Extramentale & Andromède
Performance à 21h – suivie d’un dj-set

Puisant dans un « romantisme morbide » les pièces de Regina Demina nous plongent dans un songe où l’oeil et les sensations s’égarent dans une atmosphère obscure et ciselée. Regina Demina compose des tableaux morts-vivants où la carrosserie d’une voiture tunée prolonge votre rêve écourté de l’enfance. Avec ses performances alliant techno, hard core, chant, poésie, et mise en scène captivante, l’artiste a su s’imposer dans les soirées queer, qu’elle fréquente depuis plusieurs années en tant qu’oiseau de nuit, et les structures de diffusion d’art contemporain tel le Palais de Tokyo. Nul hasard, donc, que Regina soit l’invitée d’Extramentale et d’Andromède pour une soirée de printemps arlésien.

Conçue initialement pour le Fresnoy sous la forme d’une installation-performance, ALMA allie une fiction sonore à une voiture-sculpture, une Volvo V40 tunée, animée par la lumière froide et synthétique, tel un brouillard nocturne. Cette pièce a la capacité à se muer davantage en un tableau vivant. Pour le Cargo, la pièce se pare de nouveaux habits. Dans la continuité de sa réadaptation faite pour la Manutention au Palais de Tokyo, l’installation emprunte le dispositif visuel d’un dj-set. Ce qui s’y joue est  pourtant tout autre. ALMA devient alors une performance bicéphale, où deux figures longilignes s’accompagnent dans la montée en puissance d’une lecture.

Regina Demina récite d’une voix suave et affirmée un texte qui évoque Baudelaire ou les kids meurtriers des vers de Denis Cooper. Sa poésie est accompagnée par le beat brutal et envoutant d’Ariel Borenstein aka Lëster, comédien et jeune dj de 23 ans de la scène électro-émo ou par sa propre musique. L’oiseau de nuit compose aussi. Regina Demina étire sur cinquante minutes ce moment qui exalte le public, pris à parti dans un décor planté grâce à une épaisse fumée, qui recouvre le sol de la salle de concert, et de projections diverses, qui agissent comme des réminiscences visuelles de la voiture-sculpture.

▬▬▬ À propos de Regina Demina
Née à Kaliningrad en Russie, éduquée en France depuis l’âge de quatre ans, Régina Demina multiplie les cartes et les talents (mannequin, musicienne, performeuse).
Comédienne de formation et danseuse, un épisode marquant à l’adolescence développe chez elle une sensibilité aiguisée, une exigence rare et une fascination pour le
romantisme noire. Héritières des « anti-lumières » et du glamour savant de Dita von Teese, elle s’attache à placer la collaboration au coeur de ses installations et performances et réunit des talents de différentes scènes. Diplômée du Fresnoy en 2016, Studio national des arts contemporains, elle reçoit le prix des jeunes talents de l’ADAGP pour sa pièce ALMA, Regina Demina a une actualité artistique dense. Elle chante et collabore avec le groupe Music for Eggplant et vient de sortir l’EP, « l’Été meurtrier », produit par Marc Collins chez Hwaidan Records. Elle vient également de terminer une résidence au Palais de Tokyo dans le cadre de la Manutention.

▬▬▬ À propos de Ariel Borenstein aka Lëster
DJ, producteur et comédien français de 23 ans, Ariel Borenstein est associé à l’internet wave et l’adolescence emo. Son univers visuels tranche par sa précision aux accents néo-gothiques étincelants. Il commence la musique électronique avec le premier GarageBand a la fin des années 2000. Avec son bouillon d’influences et ses heures passées dans sa chambre à bidouiller ses machines, il publie ses premiers morceaux sous le nom de Lëster en 2013. Il travaille en parallèle l’image numérique et la vidéo pour se créer un univers visuel complet. Lëster fabrique alors un style emo électronique et nostalgique, suspendu. Il pose sa voix timide et ses textes de journal intime sur des mélodies catchy et enivrantes.